ANDRINGITRA
ANKARAFANTSIKA
ANKARANA
BAIE DE BALY
BEMARAHA
ISALO
MANTADIA
MAROJEJY
MASOALA
MONTAGNE D AMBRE
RANOMAFANA
TSIMANAMPESOTSE
NAMOROKA
 

parcs et réserves nationaux


en 1771, le botaniste français philibert de commerson écrivit de madagascar comme étant une réelle terre promise pour les naturalistes. la diversité du climat est à l’origine de la variété de la végétation et par conséquent de la faune de l’île de madagascar. il est toutefois admis que depuis l’arrivée de l’être humain sur l’île quelques 2’000 ans auparavant, 90% de la végétation a disparu, un cycle lequel ne connait pas encore de fin puisque la végétation continue de disparaitre à une allure alarmante, 200’000 ha de forêt disparaîssent en effet tous les ans. le plus grand devoir qui attend la génération actuelle est celui de stopper ce cycle ahurissant de dégradation, de préserver ce qui reste à sauver de la flore et finalement de renverser ce cycle de dégradation. la création et l’établissement de parcs nationaux est certainement un des moyens les plus efficaces pour la conservation.

a ce jour, madagascar compte quarante cinq parcs et réserves nationaux et deux parcs nationaux marins, le tout constituant 3% de la superficie de la grande île de madagascar. le pari que le gouvernement malagasy s’est donné est celui d’augmenter la superficie des parcs et réserves nationaux à 10% de la surface globale de l’île. toutefois, une des tâches la plus ardue et la plus immédiate à laquelle est due la plus grande priorité est se concentrer à la préservation des actuels parcs nationaux lesquels ont soufferts ces derniers temps de sérieux actes de vandalisme et de vols, un défi à l’actuel gouvernement et aux futurs gouvernants.
TEXT ON/OFF